Vous êtes ici :   Vous accompagner > Rapports et articles

Rapports, discours, articles, etc. :
la sélection de l'AMRF

L'Association des Maires Ruraux de France a repéré pour vous de nombreuses publications disponibles sur Internet et susceptibles d'intéresser les maires ruraux. Nous vous signalons leur origine et indiquons l'adresse de la page web où vous pouvez les consulter dans leur intégralité.

Vous trouverez également dans cette rubrique des articles et interventions de l'AMRF, en texte intégral. Pour vous aider à les identifier, ils sont signalés par la mention [AMRF] dans le titre.

Cette page est enrichie régulièrement : conservez-la dans les "favoris" de votre explorateur Internet ou abonnez-vous au flux RSS de cette page pour être automatiquement alerté des nouvelles publications.

02
Texte de l'interview accordée à Paroles d'élus par Vanik Berberian, publiée dans le chapitre Le numérique en action sous le titre "Nous serons satisfaits lorsque chaque habitant des communes rurales aura  accès au THD"


Paroles d'élus : Vous estimez-vous satisfait d'avoir obtenu la généralisation du très haut débit dans l'ensemble du pays, alors que la feuille de route du gouvernement prévoit un calendrier décalé du déploiement dans les villes et dans les campagnes.

Vanik Berberian : Nous ne serons satisfaits que lorsque chaque habitant de chaque commune rurale aura effectivement accès au très haut débit et que la fracture numérique sera enfin résorbée. Le calendrier du gouvernement était en retrait par rapport aux demandes urgentes des maires ruraux. L'AMRF avait fait du très haut débit la première de ses dix priorités pour le nouveau mandat présidentiel et nous n'en démordons pas. La feuille de route prévoit un calendrier en deux temps pour l'aménagement numérique du territoire : d’ici 2017, déploiement du très haut débit dans les zones denses. Puis couverture de l’ensemble des foyers d’ici à 2022. Rien ne garantit aujourd'hui respect du calendrier pour ces deux phases : nous restons en alerte.


Paroles d'élus : A votre avis, est-il nécessaire de passer par des phases d’expérimentation ? Et si oui, quelles leçons les maires ruraux peuvent-ils en tirer ?

Vanik Berberian : L'expérimentation de techniques ou d'usages demande des moyens que les communes rurales n'ont pas la plupart du temps. En caricaturant, on peut voir cela comme un luxe réservé aux villes riches. Ce que je reproche à l'expérimentation, c'est qu'elle s'arrête à l'expérience ponctuelle. Or, ce qui est important pour moi, c'est la généralisation à tout le pays. Sinon, on crée de nouvelles fractures. En fait, l'expérimentation ne vaut que si elle permet de conduire à une généralisation. Comme ce fut le cas avec l'opération Connect'écoles qui a précédé le programme Ecoles connectées du gouvernement, qui a (presque) généralisé le "vrai haut débit" aux écoles rurales.


Paroles d'élus : Y-a-t-il une spécificité rurale des usages du numérique ?

Vanik Berberian : C'est une question très intéressante, dont les chercheurs devraient s’emparer. Comme je ne suis pas un chercheur, mais un praticien, je vais répondre par d'autres questions : tout d'abord, en quoi le numérique est-il différent des autres objets technologiques ? Existe-t-il une spécificité des usages de l'électricité ou de la télévision dans les campagnes ? Existe-t-il une culture rurale de l'internet, cette technologie qui permet de passer de l'échelle mondiale à l'échelle locale à la vitesse d'un zoom dans Google Earth ?

Il faudrait corréler les résultats avec la catégorie socio-professionnelle, le niveau d'études... et l'âge du capitaine. A ce stade du développement du numérique dans notre société, je crois que ces facteurs prennent le pas sur beaucoup d'autres.


Paroles d'élus : Considérez-vous que les maires ruraux ont intégré le virage du numérique ?

Vanik Berberian : Impossible d'envisager les maires ruraux comme un ensemble cohérent : plus de 30.000 individus, accompagnés de conseillers municipaux et de secrétaires de mairie ! Le "virage du numérique" est une jolie expression, mais quel est le "rayon" de ce virage? En tous cas, il n’y pas de sortie de route des chemins ruraux sur les autoroutes de l’information.

Pour prendre deux extrêmes, l'usage du courrier électronique est généralisé - au point de devenir une charge pour les élus! De la même manière, l'usage de l'e-administration reste peu répandu. Comment s'en étonner lorsque la télétransmission des délibérations à la préfecture pour le contrôle de légalité représente une charge pour la commune, notamment en coût d'équipement (abonnement à un tiers de télétransmission, achat d'un certificat électronique d'identification, etc.). Je n'ai pas l'impression que l'administration d'Etat a intégré le virage complètement. Elle commence cependant à prendre en compte de nos mairies rurales.

Quant à la page Facebook du village, certains élus se demandent si elle est bien indispensable dans une petite commune où le maire peut discuter avec ses administrés dans la rue ou au bistro…