Vous êtes ici :   Publication > Publication éditos

Vanik Berberian,

maire de Gargilesse-Dampierre (36),
président de l’Association des Maires Ruraux de France

09
Cette réforme territoriale est-elle encore possible en l’état, dans ces conditions très larges de désaveu ? Rien n'est moins sûr. Le Sénat se trouve modifié dans sa composition et les attentes des Grands électeurs, en particulier ruraux, sont on ne peut plus vives. Pas de chèque en blanc donc pour les sénatrices et sénateurs élus ou réélus dimanche 28 septembre dernier. Ils devront faire la preuve de la sincérité de leur propos de campagne et en assurer l’application dans l'écriture des textes.

Nous voulons une autre réforme de notre organisation territoriale. Une réforme qui déconcentre les pouvoirs et les moyens, construisant une structure administrative qui soutienne une conception réellement décentralisée et partagée de notre territoire, en respectant une égale considération pour le citoyen des villes et le citoyen des champs.

A l'approche de la tenue prochaine des "Assises des ruralités", il serait fort utile que les clivages partisans s'estompent afin d'éviter la stérilité d'un débat sans actes. Et surtout, une fois le diagnostic posé (pour ne pas dire, le diagnostic une énième fois posé), il serait de bon ton d'éviter l'écueil d'un enterrement de première classe, comme l'ont successivement connu le "Plan Marshall pour la ruralité" des uns et le "Bouclier rural " des autres !

L'ambition d'une ruralité contemporaine est vitale pour le pays. Il nous appartient, en qualité d'élus de terrain, de l'imposer à ceux (pas tous) qui parfois, engoncés dans le confort d'un fauteuil de velours rouge, se laissent aller à des rêveries aussi confortables que surannées.

Notre ruralité n'a rien de commun avec les parterres fleuris des jardins du Luxembourg.