Vous êtes ici :   Nous connaître > Question à...
03

Question à Yves Ménager, président de l'Association des Maires Ruraux du Loir-Et-Cher

Net-Infos : Suivie depuis plus d'un an par 36000 Communes, l''"Affaire Chambord" a désormais les honneurs de la presse nationale. Le conflit entre la commune et le "Domaine de Chambord" est même remonté jusqu'à l'Elysée...

Vous avez été reçu le 1er octobre, en compagnie de Vanik Berberian, par la directrice de cabinet de François Hollande, Sylvie Hubac. Qu'est-il ressorti de cette réunion ?

Yves Ménager : Le président de la République est le protecteur de Chambord. Pour nous, cette affaire a une valeur symbolique. Elle exige une intervention au plus haut niveau de l'Etat. Aujourd'hui, la commune n'a pas de territoire, les pouvoirs du maire, y compris son pouvoir de police, sont quotidiennement rognés dans les faits, les commerçants sont invités à partir, les habitants vont devoir troquer leurs baux contre des conventions d'occupation. Cette situation n’est pas acceptable.

On ne peut pas effacer une commune fondée en 1790 comme ça ! Pour son comportement héroïque pendant la deuxième guerre mondiale, sauvegarde du château et des biens qui y étaient entreposés, qui a coûté la vie à neuf de ses concitoyens, la commune a obtenu la Croix de guerre Etoile d'argent le 11 novembre 1948. Ce n'est pas rien.

Un médiateur présenté comme indépendant, le préfet Bernard Landrieu (membre cependant du Conseil d'orientation de l'établissement public de Chambord...), a produit un rapport où il propose des solutions relatives aux positions des deux parties. Ce rapport n'est ni favorable, ni défavorable à la commune de Chambord. Il ne tranche pas la question avec la netteté nécessaire.

Pour notre part, nous avons été beaucoup plus nets. Nous avons demandé que le président de la République fasse en sorte que la loi de 2005 soit modifiée, qu'un territoire soit clairement attribué à la commune de Chambord au sein du Domaine afin que commune et domaine puissent vivre en harmonie. Nous avons été écoutés. Madame Hubac nous a assurés que la commune n'était pas menacée. A suivre...